Créer un jardin en ville

Anti-limace naturel : 5 méthodes (vraiment) efficaces au jardin

Avec la pluie, nos amis les gastéropodes sont de sortie. Ils adorent l’humidité. Leur nom même, issu du latin limax et du grec ancien leimon (signifiant « eau stagnante, marais, lieux humides ») témoigne de leur prédilection pour ces environnements. 

Gastéropodes sans coquilles et glissant à travers nos jardins, les limaces se révèlent particulièrement friandes de plantes potagères et de plantes vivaces ou annuelles au feuillage tendre.

Comment se débarrasser de ces visiteurs un peu collants ? Quelles sont les solutions pour un anti-limace naturel permettant de limiter leur présence au jardin ? Cet article vous guide à travers plusieurs méthodes vous permettant de protéger vos plantations des limaces tout en respectant l’environnement.

Remède anti-limace imparable : la collecte manuelle 🙂

Une méthode simple mais très efficace consiste à collecter les limaces à la main (muni d’un gant, d’un tissus). Elles sont surtout actives la nuit, et se cachent durant le jour sous des feuilles, dans des endroits humides. Vous pouvez les attraper à la tombée de la nuit, après une période de pluie, à l’aide d’une lampe de poche. 

Une autre méthode consiste à les attirer sous des planches, des tuiles, des pots renversés avec des feuiles de salades ou avec une pomme de terre (préalablement coupée en deux, face coupée posée au sol), sous lesquels elles viendront se réfugier. Cette dernière méthode augmente les chances de collecter le maximum de limaces. Ensuite que faire avec ces mollusques collectés ? Tout simplement les éloigner de votre jardin ou de la zone d’attraction : du potager, de vos belles hostas….

Réduire l’humidité dans son jardin

Les limaces sont attirées par l’humidité. Maintenir le sol le moins humide possible rendra votre jardin moins accueillant. Vous pouvez décompacter le sol afin qu’il s’assèche plus rapidement. Aidez-vous d’une fourche ou d’une grelinette, afin de ne pas trop perturber la vie du sol. Arroser le matin plutôt que le soir permet au sol de sécher avant la nuit lorsque nos amis gastéropodes pointent leurs antennes. 

Au jardin potager, le paillage est très utile,  sauf dans le cas d’attaques de limaces ou d’escargots. Dans les périodes d’humidité (au printemps, à l’automne) ou dans les jardins d’ombre où l’humidité est plus importante, il est conseillé d’enlever le paillage. Et en cas de canicule l’été vous pourrez en remettre aux pieds de vos cultures ou de vos plantes vivaces.

 

Rendre son jardin moins attractif aux limaces

Certaines cultures attirent particulièrement les limaces comme :

  • les hostas notamment les jolies Hosta undulata ‘Albomarginata’, H. undulata ‘Mediovariegata’ dont les feuilles sont un peu étroites,
  • les jeunes semis de légumes au potager
  • les salades, les choux, les fraisiers…

Les limaces ont une nette préférence pour les feuilles tendres et souples. 

A l’inverse, elles évitent les feuilles rugueuses, épaisses, coriaces. Et étonnamment, certaines hostas à grosses feuilles gaufrées laissent les limaces complètement indifférentes. Elles n’aiment pas non plus les plantes à saveurs amères ou odeurs fortes.

Pour un jardin anti-limaces, préférez :

  • les hostas résistantes aux limaces : feuillage bleu épais et coriace, celles recouvertes d’une couche cireuse, les hostas au feuillage gaufré, les cultivars récents…
  • d’autres vivaces à feuilles coriaces, épaisses et velues : épimédium, fougères, heuchères…
  • associez vos vivaces et vos légumes, vos fraisiers à des plantes aromatiques ou odorantes : ail, oignon, géranium odorant (pelargonium graveolens), mélisse, rue…

Favoriser la présence de leurs prédateurs naturels

Les limaces ont de nombreux ennemis naturels qui aident à contrôler leur population. Faites de leurs ennemis vos alliés naturels au jardin dans la lutte anti-limaces. Les plus connus, sont les hérissons. Si vous avez un jardin potager ou une ferme, vous savez probablement que les poules et les canards, sont également très friands des limaces. Les grenouilles, les crapauds, les orvets, les lézards contribuent aussi à réduire les populations de nos amis les gastéropodes. Des études réalisées en agriculture montrent que des insectes comme certains carabes (insectes de la famille des coléoptères) ou des araignées se nourrissent des œufs de limaces.

Mais comment favoriser leur présence ?

  • Créez-leur des abris, encouragez la biodiversité

Pour attirer les hérissons créez des abris sûrs dans votre jardin, comme des tas de bois, de feuilles ou des haies de végétation diversifiée. Mettre en place des mares, des nichoirs et des zones sauvages attirent les oiseaux, les grenouilles, les lézards. Si vous avez une pelouse, laissez des bandes ou des bordures non tondues. Les carabes vivent dans les premiers centimètres du sol, évitez donc de travailler le sol en surface pour éviter de les perturber.   

  • Banisser les produits anti-limaces non naturels

L’utilisation de produits pesticides anti-limaces et escargots détruit la source de nourriture des prédateurs des limaces et potentiellement, vous pouvez les empoisonner. C’est également le cas des produits phytosanitaires certifiés en culture biologique comme les granulés de sulfate de fer (Ferramols). Ces granulés bleus sont plutôt efficaces  -je l’avoue – lorsqu’il ne pleut pas.

 

Créer une défense autour de vos plantes

Les rubans, filets ou bandes de cuivre anti-limaces, en vente dans les jardineries servent de barrières physiques pour éloigner les limaces de vos plantations, au potager. Certains existent sous une forme auto-collante à enrouler autour des pots. Pour protéger les jeunes plants de salade, il est également facile de fabriquer des cloches anti-limaces en coupant le fond d’une grande bouteille en plastique et en l’enfonçant dans la terre autour du plant.

Anti-limace naturel maison, vraiment efficace?

Avant tout, que penser des anti-limaces naturels faits maison tels que la cendre de bois, la terre de diatomée, le marc de café ou les coquilles d’œufs broyées ? Réputés pour créer une surface abrasive que les limaces évitent, sont-ils vraiment efficaces? Pour en avoir testé plusieurs, je ne les trouve pas toujours très efficaces. Il en est de même pour la bière, dont on ne sait si elles n’attirent pas toute la population de limaces environnante avides de se faire une soirée arrosée dans notre jardin. Ces méthodes ont aussi l’inconvénient de ne pas résister à la pluie.

Pour les amateurs d’extraits de plantes, dont je fais partie, ils existe deux extraits réputés anti-limace naturels : la rue et l’ail. J’avoue n’avoir jamais eu l’occasion d’en confectionner. Il suffit de se procurer des feuilles de rue ou des gousses d’ail frais et d’en réaliser un extrait fermenté ou une décoction. On pulvérise ensuite les plantes atteintes avec ces extraits.

J’avoue apprécier tester ces méthodes, alors je vous laisse le loisir de le faire par vous-même. Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire.

Grace la limace et Margot l’escargot

En conclusion, nous venons de voir qu’il existe une quantité de méthodes (vraiment) efficaces que l’on peut combiner pour se « débarrasser » des limaces au jardin. Je ne l’ai pas précisé mais les méthodes anti-limaces naturelles qui marchent avec Grâce la limace**, sont aussi souvent efficaces avec Margot, l’escargot** (les personnes ayant de jeunes enfants ou celles nées au milieu des années 90 me comprendront peut-être :)). Ceci pour illustrer que les limaces et les escargots ne sont pas nos ennemis qu’il faut éradiquer au jardin à n’importe quel prix. Le but n’est pas d’éliminer tous les gastéropodes mais de limiter leur présence à un niveau qui nous est acceptable. Quelques trous dans une feuille ne fait de mal à personne. En revanche une invasion de limaces sur nos hostas ou nos belles salades est plus embêtante. Tout est une question de modération.

De plus, dans les jardins et au potager, en cas d’attaque régulière, encourager une biodiversité riche dans votre jardin est aussi une stratégie long-terme bénéfique pour limiter leur présence.

Finalement, avec toutes ces solutions Grâce ** et Margot**  n’auront qu’à bien se tenir !

** Grâce la limace, Margot l’escargot, de super livres pour enfants d’Antoon Krings !

Et vous, que faites-vous pour vous débarrasser des limaces ? N’hésitez pas à me faire part de vos expériences, vos remarques en laissant un commentaire ci-dessous.

Cet article vous a plu? Vous avez trouvé ces conseils utiles et souhaitez explorer davantage de techniques de jardinage? Je vous conseille de vous abonner à ma newsletter en téléchargeant mon livre numérique.

8 réponses

  1. Merci pour ton article. J’attache beaucoup d’importance au fait d’utiliser des produits naturels. J’ai beaucoup aimé.

  2. Merci pour toutes ces astuces naturelles ! Je constate qu’il existe de nombreuses alternatives aux produits « toxiques ». Malheureusement, le problème dans mon jardin, c’est que ce sont mes enfants qui collectent tous les escargots du quartier pour faire un élevage dans le jardin !!! 😉

    1. Ahaha! Oui alors dans ce cas, ce qu’il faut c’est peut être organiser avec les enfants des ateliers biodiversité : tas de bois, confection d’abris pour accueillir les hérisons, tout aussi mignons :)…

  3. Je fais partie de celles et ceux qui connaissent Grace et Margot.
    Il y a peu d’êtres vivants que je déteste, je pense que le trio limace/mite/moustique représente les seuls êtres que je m’autorise à zigouiller (même si je ne m’en vanterai pas), je n’ai jamais trouvé en ville un bon endroit où relâcher des limaces après une collecte ;-(

    1. Chez un voisin génant peut être? 🙂
      Dans l’estomac d’un hérisson serait la meilleure des solutions en réalité 🙂 🙂 🙂

      1. La première année dans mon jardin on avait tout une famille de hérissons. Les bébés venaient nous téter les doigts de pieds quand on faisait des barbecues.
        Malheureusement ils ne viennent plus dernièrement. Je vais travailler sur le fait de faire de jolis abris pour qu’ils me remettent dans leur guide touristique.

        1. 🙂 Oui abris, haies, tas de bois c’est du 5 étoiles VIP pour les hérissons et aussi des zones enherbées pour qu’ils puissent se déplacer incognitos, même en touristes ils ont besoin de se faire discrets 🙂

Laisser un commentaire