Les aléas de chantiers….à Shanghai !

Moi devant l'ordinateur, avec un café

Alors, je profite de cet espace temporel (j’attends une livraison de lames de bois et autres péripéties…) pour partager un état des lieux intermédiaire de mon DEFi de 9 semaines qui se termine dans 15 jours déjà … !!!

Quels étaient mes objectifs de ces 9 semaines ?

Mon DEFI est détaillé ici je vous en rappelle les grandes lignes ci-dessous :

  • Publier au moins un article par semaine sur les étapes d’aménagement de terrasses et balcons en ville. Ainsi que proposer un ensemble complet d’articles qui constituerait une mini formation.
  • Illustrer mes articles avec des exemples concrets. Publier une vidéo !
  • Arriver à concilier rédaction d’articles et réalisation de jardins, tout en me laissant le temps de suivre ma formation. Fomation qui devrait me permettre d’exercer ce métier de paysagiste-jardinier de facon nomade.
  • Rechercher des fournisseurs et produits de qualité, locaux. Trouver notament des matériaux les plus durables, et écologiques. J’habite en Chine !

Rien qu’à récrire ces objectifs, je me rends compte que c’est très – trop ambitieux !

Alors, voilà où j’en suis aujourd’hui à 15 jours de la fin de ce DEFI…

Recherche de fournitures (durables) 

C’était un petit peu audacieux de vouloir en 9 semaines trouver des produits locaux, de qualité, dont je comprenne la composition et qui soient éco-responsables. Il me reste encore beaucoup de choses à découvrir en matière de durabilité de matériaux en chine. Cependant, sur ce point je pense avoir beaucoup avancé ces derniers temps.

Voici quelques anecdotes tirées de mes tribulations :

Mon niveau de mandarin s’est enrichi de vocabulaire technique

A part une personne, aucun de mes interlocuteurs ne parle anglais. J’ai dû me débrouiller avec mon niveau de chinois mandarin (qui se limitait jusqu’à présent à discuter avec la voisine, la vendeuse de légumes et le Didi – le taxi-…).  

Eh bien, à force d’utilisation d’outils de traduction, de photos et de dessins, j’ai rencontré et pu échanger avec beaucoup d’artisans et de fournisseurs de matériaux. J’ai pu grâce à eux acquérir du vocabulaire technique en matière de construction et d’aménagement paysager…

Voici pour illustrer un devis de matériaux pour installation de terrasse…

De la difficulté de trouver des fournitures professionnelles

En France, il te suffit d’ouvrir google et de taper : fourniture de X, ville Y + pour professionnels. Et tu arrives à te débrouiller à initier ta recherche de fournitures. Ici le moteur de recherche, baidu est tout en chinois, je n’ose pas encore m’y aventurer car je ne connais pas encore suffisamment les caractères chinois (les termes techniques en particulier) pour m’en sortir.

Trouver un magasin de bricolage destiné aux professionnels aussi relève du challenge : je n’ai pas encore trouvé l’équivalent d’une Plateforme du bâtiment ou de Point P. Ni même de Casto ou Leroy Merlin !  J’ai essayé plusieurs ‘malls ‘ (centres commerciaux en anglais). J’avais plus l’impression d’être dans le rayon bricolage d’un hypermarché que dans un magasin de bricolage.

Il existe cependant un outil très pratique sur smartphone en chine. Beaucoup d’étrangers le considèrent comme leur meilleur ami : Taobao ! C’est un des principal outil (site web ou app) de vente en ligne en Chine. Bien entendu, tout est en chinois mais il permet d’effectuer une recherche à l’aide d’une photo de son futur achat.  C’est l’équivalent de google image. Il suffit de scanner sa photo avec l’application pour trouver de nombreux vendeurs qui proposent le produit ou son équivalent. La difficulté étant d’éviter l’arnaque ou la copie et de ne pas se tromper dans les caractéristiques (dimension, composition…).

Et c’est ainsi que Taobao est aussi devenu mon ami…

Je ne désespère cependant pas de trouver un salon de la construction et du paysage à Shanghai qui me permette de rencontrer des professionnels…

De la difficulté de connaitre la provenance des matériaux

Je pensais dans un premier temps déléguer les achats de fourniture auprès des artisans et les orienter vers le choix de matériaux écologiques.

Je me suis retrouvée face à des choix contradictoires avec mes ‘principes environnementaux’. En particulier pour le choix des lames de bois : la chine étant riche en diversité de conifères je m’attendais tout de même à trouver quelques essences locales naturellement imputrescibles, dans l’esprit du pin Douglas…

Lors de mes recherches je me suis rendue compte avec stupeur, et de longues discussions, que la filière de bois en Chine utilise en extérieur principalment des lames de pin sylvestre importées d’Europe et non dénuées (voire bourrées) de produits chimiques. Beaucoup de lames sont traitées à l’Arséniate de Cuivre Chromaté (ACC), interdites pour un nombre croissant d’usages dans de nombreux pays. (Cela veut dire que l’Europe vend des produits qu’elle s’interdit – du moins partiellement- d’utiliser au sein de sa communauté ???).  Que le (seul?) bois naturellement imputrécible que l’on trouve facilement ici provient d’indonésie, du merbau! Pas l’autre bout du monde mais pas non plus la porte à côté. Et le merbau n’est pas réputé pour provenir de forêts durablement exploitées.

On trouve aussi des lames de camphrier, utilisées pour les pergolats et panneaux extérieurs mais qui ne sont pas conseillés pour les sols.

Bref, j’ai beaucoup appris et à moins de trouver d’autres essences de bois plus durables, j’orienterai le choix des sols de terrasses et jardins vers d’autres matériaux!

Les jardins classiques chinois regorgent de calades et de sols en mosaiques de galets. Une voie à explorer….

Bref, j’ai encore du pain sur la planche 😅 !

Trouver des tarifs adaptés aux professionnels

Dans mes recherches de fournitures, je me suis aussi aventurée dans des hyper malls destinés à la décoration de luxe où le prix des matériaux atteignait des montants peu attractifs.

Et avec ma tête de Laowai (qui veut dire étranger en mandarin), les prix sont automatiquement triplés voire plus !

Mon sauveur fut encore une fois mon ami Taobao qui m’a permis de trouver des fournisseurs qui n’appliquaient pas des marges dignes des vendeurs pour expats.

Le rythme de rédaction d’articles

J’ai tenu le rythme d’un article par semaine, qui m’était hardu de maintenir avant le DEFI. J’ai détaillé pas mal d’étapes sur la conception, le choix des matériaux et l’organisation de chantier. Cela ne constitue pas encore une mini-formation mais cela viendra! Et je continuerai à aborder ces sujets dans les semaines et mois qui vont suivre.  

Il ne me reste plus que deux semaines d’ici la fin de mon DEFI. Je vais me concentrer sur les étapes de plantation et d’entretien. Alors si vous pouvez me suggérer à la lecture de cet article quel thème parmi ces derniers vous aimeriez que j’aborde, n’hésitez pas à m’en faire part dans la case de commentaires à la fin de cet article…

Afin de continuer à tenir un rythme soutenu, tout en maintenant une activité en parallèle, je vais alterner la rédaction d’articles de fond avec des articles plus courts et ludiques.

Ah oui j’oubliais, et la vidéo? Sur ce point, vous imaginez bien que je n’ai pas eu le temps de passer chez le coiffeur, alors la vidéo, ce sera encore pour un peu plus tard ! Je plaisante bien sûr ! Faire des vidéos, étape que je sais incontournable pour partager des connaissances sur la toile ou les réseaux sociaux, ce sera pour bientôt, oui…promis!

Cet article fait partie de la série d’articles « 2 mois pour donner (presque) toutes les clés pour réussir à aménager durablement sa terrasse ou son balcon» .

Si vous avez un avis ou une expérience à partager sur cet article ou si vous souhaitez que j’aborde un thème en particulier dans le cadre de ce DEFI, n’hésitez pas à le partager dans le formulaire ci-dessous.

Et n’hésitez pas à partager cet article si vous l’avez aimé !


Laisser un commentaire